John Pizzarelli - 2015-08-01 Feat

Midnight McCartney avec John Pizzarelli au Birdland

L’histoire est maintenant bien connue. John Pizzarelli reçoit en mai 2014 une lettre de Paul McCartney l’invitant à considérer quelques une de ses chansons post-Beatles et pourquoi pas, d’en faire un disque. Celui-ci pourrait s’intituler « Midnight McCartney » écrit-il.

Un compositeur qui s’ennuie avec trop de temps à tuer ? Il semble que non puisque la sortie du CD est prévue pour le 11 septembre 2015.

Bien que des succès des Beatles soient parfois apprêtés en jazz, peu d’interprètes se sont intéressés à ce volet du répertoire de Paul McCartney. John Pizzarelli avait notamment commis un excellent album intitulé « John Pizzarelli Meets The Beatles ».   Le chanteur guitariste avoue en spectacle que ce disque n’aurait pas connu le succès escompté, citant en dérision une opinion retrouvée sur Amazon : « Abbey Road Kill »!   Il semble que l’un des « fabuleux quatre » en ait pensé tout autrement et aurait très apprécié cet album. John Pizzarelli se plait d’ailleurs à décrire, sa première rencontre avec Sir Paul : «  You’ve made a Beatles CD…It’s Very Good! » en empruntant à la perfection l’accent britannique et la voix de l’illustre compositeur.

Tournant peu aujourd’hui à la radio, on a oublié dans une certaine mesure que Paul McCartney écrit, encore aujourd’hui, de très jolies chansons. « My Valentine» en est un très bon exemple avec une écriture et une facture musicale comparable à ses compositions les plus populaires de l’époque des Beatles. L’album « Chaos and Creation in the Backyard » qui a reçu quatre nominations pour les prix Grammy comprend également des bijoux d’écriture. Avec une œuvre aussi imposante, Paul McCartney est forcé de délaisser en spectacle certaines de ses chansons récentes au profit de ses plus grands succès. Cette proposition de Sir Paul n’est pas sans intérêt et constitue une opportunité d’offrir un nouvel éclairage sur ses pièces connues et moins connues.

C’est en avant-première que le répertoire de « Midnight McCartney » était présenté au Birdland en cette dernière semaine de juillet. Pour l’occasion, John Pizzarelli était entouré de son « Swing Seven » avec en plus, le support de trois choristes (« The Gluten Free Singers ») et d’un quatuor à cordes, fait inédit pour le guitariste-chanteur.

Fidèle à son habitude, cette dernière représentation de la série avait un caractère de fête de famille où nous étions tous conviés. Celle-ci a débuté avec « Silly Love Songs » où M. Pizzarelli était accompagné par sa fille Madeline à la guitare le tout sur un air de bossa-nova (me rappelant par moment « Brezin’» de George Benson). La balade «  My Love » a suivi mettant en valeur la voix feutrée de M. Pizzarelli.

C_COL_9683
Madeline et John Pizzarelli
C_COL_9737
The Great Carnac

Après ces deux premières pièces, il m’apparaissait évident que ce projet ambitieux visait un public plus large que celui des albums précédents. Avec d’excellents arrangements Swing ou Bossa par Don Sebesky, les adaptations du répertoire de Paul McCartney étaient toutes très réussies. « Heart Of The Country » de l’album RAM prenait des couleurs d’un vieux swing des années 40 que l’on aurait pu confondre avec un standard d’Irving Berlin ou Harry Warren. « My Valentine » pourrait bien être une pièce de Jobim mais… non, c’est du McCartney ! « Coming Up » version shuffle est surprenante avec un Pizzarelli qui pousse sa voix à la manière d’un « rocker », un peu éraillée. Très agréable pour les oreilles, du bonbon! Mon coup de cœur est toutefois pour la pièce « Waterfalls » dont l’interprétation délicate en duo, avec la violoncelliste Mairi Dorman était magnifique. Malheureusement cette pièce ne semble pas être sur ce prochain disque selon les informations de « Concord Music Group ».

En plus des excellents solos de guitare et de scat, les talents d’humoriste, raconteur et imitateur de John Pizzarelli sont à souligner. Cette fois ci, le chanteur a même repris le numéro de « Carnac the Magnificent » de Johnny Carson avec la complicité du saxophoniste Andy Fusco dans le rôle d’Ed McMahon. En préambule il ajoute: « There used to be a show called the Johnny Carson Show ».

Le travail exceptionnel des musiciens et choristes est à mentionner de même que la sonorisation impeccable du Birdland. En résumé, une soirée des plus agréables avec ce qui devrait être (je lui souhaite) un CD à succès!

C_COL_9757

La sortie de l’album Midnight McCartney est prévue pour le 11 septembre.  Plus de détails avec extraits de l’album sur le site:

http://mediakits-showcase.concordmusicgroup.com/p/midnight-mccartney/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>